cook

Contre les diktats de la santé et du végétarisme, vengeance sur la bonne nourriture

Enquête – De Cork Lyon au Lille’s Bistro, ces maisons témoignent de l’art de vivre typiquement français. Ils incarnent la gaieté de la France qui se tape sur l’épaule, qui parle haut et fort, et qui prend le temps de refaire le monde à travers le craquement des lunettes.

Défilés dans un hiver qui s’annonce encore terni par la crise sanitaire, l’humour et les plaisirs de la table nous font beaucoup de bien. Il suffit d’écouter ce « rare » de Laurent Gera parler avec sa bouche, ou de revoir le dessin de Raymond DeVos où il finit par hacher ses mots et illustrer ses plats pour se rendre compte de la preuve que l’esprit et la bonne chère ont une force commune : ils libèrent. Ils déchaînent l’euphorie, ils égayent les bouches jetées, ils mettent de bonne humeur hommes et femmes, et ils savent rire aux éclats pour régaler, sans culpabiliser, du pain sucré à la sauce charcuterie ou de l’esprit cannois. Ami, levez votre verre !

Bien vivre est un clan, ils apprendront à se connaître. Pierre Desbrough l’a dit, à sa manière, dans la revue Cuisine et vins français Où il a écrit plusieurs chroniques gastronomiques entre 1984 et 1985 : “Je me suis toujours méfié des gens qui n’aiment pas les plaisirs de la table. Car après tout, il faut le savoir, et pas seulement dans la colle…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% pour le découvrir.

Développer sa liberté, c’est développer sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà inscrit? Se connecter

.


Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button