cook

La Villa Monceau, seul hôtel d’Ottignies, a ouvert ses portes lundi

S’il y a beaucoup d’hôtels à Louvain-la-Neuve, il n’y a plus d’hôtels à Ottignies. Cette note appartient désormais au passé : la Villa Monceau a officiellement ouvert ses portes lundi.

Ce petit hôtel de six chambres est situé dans le Parc de l’Étoile, au sommet de la Montagne du Stimont, dans l’ancienne demeure de l’un des pères fondateurs de l’université, le comte Yves de Monceau de Bergendal, qui fut, de 1958 à 1988, maire d’Ottignies, devenue Ottignies-Louvain-la-Neuve en 1977.

Cet immeuble au toit de chaume, inoccupé depuis plusieurs années, attendait de sortir de son sommeil. Ainsi, avec la création d’un hôtel trois étoiles et d’un restaurant, À la lisière, qui a ouvert ses portes le 8 mai, renaît. “Ce projet est une histoire humaine, l’histoire de deux familles qui se rencontrent, l’une avec un héritage à promouvoir, l’autre avec un savoir qu’elle a voulu partager., explique le chef et gérant Laurent Owen. Il a fallu cinq ans pour en arriver là. Il y avait aussi ce virus redouté. Mais au final, ça nous a donné un coup de pouce. “

Cédric de Monceau, l’un des fils de l’ancien maire et actuel président du conseil municipal, était très fier d’accueillir les visiteurs avec son épouse Victoria en ce jour d’inauguration. Avec tant d’enthousiasme que l’on sait qu’il était heureux de faire découvrir les lieux aux visiteurs, dont la chambre bleue qu’il avait enfant, même si c’était pour accueillir des invités, a subi quelques transformations.

“Petit hôtel mais super endroit”

Six chambres est le minimum légal pour être reconnu comme hôtel. Mais si c’est un tout petit hôtel, c’est un lieu puissant car chargé d’histoire et de charme‘, a-t-il témoigné, rappelant que cette maison était un lieu d’accueil, car son père y avait accueilli de très belles personnes.

Il a également salué le courage du réalisateur et de son épouse Audrey, qui «N’a pas abandonné” Et de “Il l’a convaincu, ainsi que onze autres contributeurs, de ne pas se laisser submerger par la calamité actuelle“.

Laurent Owen a affirmé :Vu la situation sanitaire, nous n’avions aucune ambition pour cette année. Mais nous avons été agréablement surpris d’avoir eu un tel succès cet été grâce aux touristes belges. “

Au début, il s’agissait de chambres d’hôtes. “Mais on s’est rendu compte que le terme « hôtel » rassure les clients. Cela donne aussi de l’ampleur et du faste au projet. C’est pourquoi nous avons entrepris les démarches pour être reconnu comme tel par l’Office Régional du Tourisme de Wallonie.. “

Cette reconnaissance est arrivée le 9 novembre.

En tant que ministre du Tourisme, je salue le risque dans une période où tout est incertainValérie de Boe confirme. Je félicite les organisateurs de ce projet qui s’inscrit dans le tourisme local et un retour à l’originalité. En tant que Ministre du Patrimoine, j’ai le plaisir de préserver cette maison d’une si belle histoire que Louvain-la-Neuve croyait autrefois.. “

La Villa Monceau emploie quatre personnes et quelques étudiants. En semaine, il accueille principalement une clientèle d’affaires, tandis que le week-end, les visiteurs viennent plutôt prendre un bol d’air dans ce lieu calme et reposant. Il faut compter une centaine d’euros pour y passer la nuit.


Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button