cook

Pour réduire l’exposition, il est préférable de manger des aliments biologiques et d’aérer votre maison

Par SudOuest.fr avec l’AFP

Une étude menée par l’Autorité de Santé Publique en France a montré que des pesticides interdits en France sont toujours présents dans notre organisme

Des pesticides interdits en France sont toujours dans notre organisme, selon une étude publiée ce jeudi par Santé publique France (SPF), qui recommande de modifier son alimentation, notamment les aliments bio, et d’aérer son intérieur.

L’agence de santé s’inquiétait des “niveaux d’exposition à cinq familles de pesticides ainsi qu’aux PCB, dioxines et furanes trouvés dans de nombreuses sources environnementales et alimentaires”, selon un communiqué. SPF a étudié l’exposition de 2 503 adultes (18-74 ans) et 1 104 enfants (6-17 ans) entre 2014 et 2016 dans le cadre de l’étude dite Esteban.

Les niveaux ont diminué

Les PCB étaient des composés chimiques utilisés par l’industrie avant leur interdiction dans les années 1980, et ils s’accumulent dans l’environnement et une exposition chronique peut avoir des effets sur la santé. Les dioxines sont également persistantes dans l’environnement et sont particulièrement toxiques et peuvent provoquer le cancer. L’exposition à long terme aux furanes peut causer des dommages au foie.

Les insecticides étudiés (organochlorés et organophosphorés) ont été utilisés dans l’agriculture, la transformation du bois ou contre le paludisme avant d’être progressivement interdits car dangereux.

Si leurs niveaux sont inférieurs à une précédente étude menée en 2006-2007, « certaines expositions à des substances interdites concernent aujourd’hui une grande partie de la population », note le SPF. Il s’agit notamment du lindane, un pesticide interdit en agriculture depuis 1998 et présent dans “près de 50 % de la population adulte ou enfantine”.

La nourriture augmente la satiété.

« Le glyphosate est quantifié chez moins de 20 % des adultes ou des enfants », précise SPF. L’utilisation de l’herbicide, classé comme cancérigène possible, se poursuit en France, même si le gouvernement veut réduire son utilisation. Les organophosphorés sont moins stables et sont peu présents, à l’exception du DMTP.

Les sources d’exposition sont diverses : « Les aliments augmentent l’imprégnation : organochlorés, PCB/dioxines/furanes chez les personnes consommant des œufs ou des graisses ; pyréthroïdes, PCB/dioxines/furanes chez les consommateurs de viande bovine », précise le SPF.

insecticides ménagers

En revanche, la consommation de produits issus de l’agriculture biologique a réduit la consommation d’organochlorés, de DMTP (un métabolite organophosphoré) et de pyréthroïdes, selon le communiqué.

Le tabac et “l’utilisation d’insecticides domestiques, tels que les antiparasitaires pour animaux de compagnie, les anti-acariens et les insectes volants” peuvent également augmenter l’exposition aux pyréthroïdes. Santé Publique France recommande d’aérer régulièrement votre logement.


Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button